Paire de tables formant rafraîchissoirs en acajou ouvrant à un tiroir en ceinture reposant sur un piètement cambré mouluré réuni par deux tablettes d’entrejambe se terminant par des sabots en bronze.

La partie antérieure du plateau est garnie d’un marbre blanc. La partie postérieure contient deux sceaux en métal argenté et deux compartiments à couteux de forme oblongue.

Travail parisien d’époque Transition Louis XV – Louis XVI vers 1770 estampillé J.CANABAS.

Joseph Gengenbach dit Canabas, ébéniste reçu maître en 1766

Cette paire de rafraîchissoirs illustre parfaitement la production du menuisier ébéniste Canabas : des petits meubles en acajou massif pour la plupart, aux lignes pures présentant très peu d’ornements de bronze. Canabas, dont la qualité de production est incomparable, fut un précurseur dans l’exécution de meubles utilitaires et légers destinés au service lors de dîners d’assemblées en l’absence de domesticité dans une pièce alors nouvelle : la salle à manger. Nos rafraîchissoirs, comportant quatre compartiments destinés à recevoir des seaux à rafraîchir s’inscrivent tout à fait dans cette tendance venue d’Angleterre.

Parmi les modèles conservés dans des musées, citons la paire du Louvre (donation de Madame Blard, 1994) ainsi que l’exemplaire du cabinet des porcelaines de l’Hôtel Nissim de Camondo (S. Legrand-Rossi, Le Mobilier du Musée Nissim de Camondo, Editions Faton, 2009, page 65). Un exemplaire non estampillé se trouve au musée Jacquemart-André (N. de Reyniès, Le Mobilier Domestique, Editions du Patrimoine, page 340, fig 1340).

 

Dimensions

Hauteur : 76 cm

Largeur : 56 cm

Profondeur : 50 cm